Allaitement et grossesse

Survivre enceinte dans les transports en commun

Maman BCBG blog - survivre enceinte transports communJe vais vous avouer quelque chose : en tant que maman et blogueuse, je n’ai pas vraiment de domaine d’expertise qui me soit propre. Ni de thème où ma parole vaut argument d’autorité et où mes conseils sont uniques et extraordinaires (et croyez bien que je le regrette) (sinon je maîtrise à fond les techniques de recrutement et les tableaux de suivi sur excel, mais c’est quand même vachement moins rigolo à raconter sur un blog)

Soyons honnêtes, je suis un peu la maman next-door, la multipare lambda, la blogueuse du dimanche…  je pourrais être votre voisine, votre cousine, votre collègue ou même votre maman la maman de la crèche que vous croisez en train de raser les murs parce que sa fille a encore castagné et mordu toute sa section cette semaine…
Un peu féministe, un peu classique, un peu bienveillante, un peu sévère, un peu parentalité approximative, un peu à la va-comme je te pousse, un peu comme je peux, un peu mon neveu… mais jamais à 100% ! (c’est fatiguant)
Cependant, s’il y a bien un sujet que je maîtrise depuis presque quinze ans, où je suis totalement confiante en mes capacités et où je gère un maximum… ce sont les méthodes que j’ai développées pour survivre dans les transports en communs !
Et je dirais même plus, les méthodes pour survivre enceinte dans ces transports.

Poursuivre la lecture « Survivre enceinte dans les transports en commun »

Allaitement et grossesse·Working Mum

Faire accepter le biberon à mon bébé: Mission impossible!

refus-biberon

Hier soir, je réchauffais le petit pot préparais le repas de Petit Quark pendant qu’il jouait dans le salon avec Bébé Gluon. Du haut de ses presque 3 ans, sa complicité est déjà bien réelle avec sa petite-sœur de 7 mois, et il se fait volontiers l’interprète de ses rires et de ses pleurs. Aussi, quand elle a commencé à chigner et grogner, Petit Quark est venu tout naturellement me signaler qu’à son avis, elle commençait à avoir faim (et que lui aussi, par la même occasion)

Après avoir installé mon fils pour le dîner, j’ai donc préparé le lait en poudre de Bébé Gluon, qui s’est mise à frétiller de joie en me voyant arriver chargée du précieux liquide.
J’ai souri.
J’ai souri et je me suis tout d’un coup revue plus de 5 mois en arrière, équipée de ce même biberon, sangloter d’impuissance face à ma petite fille qui refusait obstinément de le prendre.
J’ai souri en pensant à quel point ce refus d’autre chose que le sein avait été une montagne infranchissable à l’époque, et combien cela me semblait anecdotique aujourd’hui.
J’ai souri… et puis j’ai réfléchi.

Je me suis remémorée les dizaines d’heures passées sur internet à essayer de trouver une solution miracle pour faire accepter le biberon à mon bébé. J’ai repensé au soulagement que j’avais ressenti en lisant les questions, parfois vieilles de 10 ans, d’autres mamans insomniaques et désespérées qui me prouvaient  que notre cas était loin d’être unique. Et je me suis rappelée la frustration de voir que, presque jamais personne ne revenait raconter la fin de l’histoire. Les bébés sont-il morts de faim ? Ont-ils fini par boire leurs biberons ? Quand ? Comment ? Pourquoi…?!

« Si je m’en sors, je reviendrais raconter ! » me suis-je promis.

Et bien sûr… je ne l’ai pas fait.
Je suis passée à d’autres défis, à d’autres problèmes, d’autres questionnements.
Alors aujourd’hui, je vais me rattraper.
Aujourd’hui je vais vous raconter l’histoire… jusqu’au bout.
Poursuivre la lecture « Faire accepter le biberon à mon bébé: Mission impossible! »

Allaitement et grossesse·Dessin

Dessin pour un bébé de juillet

naissance-juillet-2017

le week-end dernier, une amie nous a annoncé l’arrivée d’un bébé pour fin juillet 2017… son enfant aura un an d’écart avec Bébé Gluon… hâte de faire la connaissance de ce petit (ou de cette petite, ils veulent garder le secret!)

Elle est maîtresse d’école, d’où l’ardoise sur le dessin 🙂

Allaitement et grossesse·Tranche de vie

Comment Pokémon Go m’a aidé à accoucher

pokemon-go

 

Je l’avoue sans honte, à 31 ans passé, je reste une fan inconditionnelle de la licence Pokémon.
Et l’on peut même considérer que c’est grâce aux 151 bestioles de la première génération, sur Pokémon Go, que Bébé Gluon est née un peu plus vite que prévu !

En 1999, année de la sortie du premier jeu Pokémon en France, j’avais 14 ans et je regardais d’un œil distrait mon petit frère jouer à la version Bleue sur MA Game Boy (je lui avais royalement accordé l’usufruit de la console, en échange d’un approvisionnement régulier en piles). Et puis, en me penchant de plus près sur le jeu, je suis devenue accro… Bleu, Argent, Cristal, Saphir, Vert Feuille, Argent SoulSilver, Noir, Blanc 2, Y, Saphir Alpha, et Soleil, quelques Pokémon Donjon Mystère pour faire bonne mesure… on peut dire que j’ai grandi avec Pokémon. Bon, il est un peu loin le temps où j’étais capable de tous les réciter par cœur, étant donné qu’il y a maintenant plus de 800 Pokémon capturables, mais je continue à suivre. Inutile de dire donc que lorsque la fameuse application Pokémon Go est sortie sur smartphone, j’étais parmi les premières à la télécharger !

Poursuivre la lecture « Comment Pokémon Go m’a aidé à accoucher »

Allaitement et grossesse·Tranche de vie·Working Mum

Petit déjeuner imprévu

rer

Quand on est une maman (ou un papa !) qui travaille, difficile d’assurer une présence à la fois le matin et le soir. Sauf bien entendu pour ceux qui travaillent à proximité de leur domicile, ou qui ont des horaires leur permettant de déposer les enfants le matin à la crèche ou chez la personne qui les garde, et de les récupérer le soir.

Dans le cas contraire, organiser le quotidien peut vite tourner à l’équation mathématique à 6 inconnues…

Pour vous parler de notre cas, sachant que :

  • Papa-pas-BCBG et moi-même travaillons respectivement à 45 minutes en voiture et 1 heure en transports en commun de chez nous,
  • nous avons 2 enfants à déposer (heureusement) dans la même crèche, mais dans deux sections différentes (temps de dépôt x2)
  • celle-ci ouvre de 7h30 à 18h15, mais que nous ne pouvons pas dépasser les 10h de présence par jour pour les enfants,
  • chacun de notre côté, il faut que nous soyons au travail un nombre d’heures suffisantes pour justifier notre salaire, boucler notre job, et sur des plages horaires compatibles avec les cultures de travail de nos boulots respectifs,
  • le RER est en régulation de trafic un jour sur deux, en incident de signalisation un jour sur trois, et que le capitaine est âgé de 42 ans…

Les options disponibles pour l’organisation familiale sont assez restreintes !

Poursuivre la lecture « Petit déjeuner imprévu »